Comme en passant en 2019 ce sera (surtout) vous

Hello !

Autant vous l’annoncer dès maintenant : 2019 ne sera pas une année comme les autres pour Comme en passant (CEP). J’aurais pu vous annoncer « ça s’arrête », mais je préfère tout simplement vous en confier les manettes.

En quelques sortes. Parce que, vous me connaissez, je serai encore là d’une manière ou d’une autre. Et si vous avez écouté l’épisode d’octobre, vous savez que quelque chose se trame. Je n’en dirai rien dans les épisodes du podcast, mais puisque vous prenez le temps de lire le blog, je vous mets dans la confidance, un peu, en vous disant que Comme en passant proposera d’autres épisodes dans la continuité de celui d’octobre.

Vous le savez bien, depuis le début, Comme en passant est un truc mal fichu, bancal, plutôt maladroit, mais qui tente de proposer du contenu réfléchi et original. Par original, il faut comprendre que je ne fais pas que pomper les articles de Wikipedia. Par réfléchi, il faut peut-être entendre autre chose que « réfléchi ». Chaque épisode, même le plus inaudible, a demandé un peu de préparation, de lecture.

C’est aussi du partage. L’objectif de Comme en passant est multiple. Mais le mot « partage », à mes yeux et dans CEP, signifie que je n’ai pas proposé une émission de vulgarisation philosophique-littéraire. Il s’agissait en premier lieu de partager avec vous mes propres recherches. Non pas mon avis sur tel ou tel sujet, ni sur tous les sujets d’ailleurs, mais quelques chemins de pensées qui me sont chers.

Partage. CEP devait être aussi une émission très collaborative. Je m’imaginais qu’à chaque épisode un auditeur aurait envoyé son enregistrement pour faire profiter à tout le monde sa réflexion, son travail, sa recherche propre sur les sujets qui filent depuis le début du podcast. Par exemple, la fuite. Sur ce point, je tiens à remercier tous ceux (et donc celles aussi…) qui ont pris le temps de lire ou de dire quelque chose dans CEP.

Il est temps de faire de CEP ce qu’il est, à savoir, un espace de partage. En 2019, fini les présentations de textes, ou les délires sur la liberté, vous seuls aurez la main sur le podcast. Il y aura un grand cycle participatif sur « le rêve-ur » et vous en ferez ce que vous voudrez. J’irai bien sûr sonner à quelques portes podcastiques. Et in fine, CEP en 2019 sera à l’image de ce qu’il a été cet été 2018 avec le cycle « Monstrueux ».

Voilà, vous savez tout. Préparez vos méninges, vos microphones, vos smartphones, vos stylos. CEP terminera sa saison et année doucement, en parlant de Proust à ma manière et en faisant un pot de départ à l’image de ces 3 ans de podcast. A très vite !

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.