Participez à l’épisode de cet été sur les monstres

Madame, Monsieur, salut poto, cet été, je lance un ou plusieurs épisodes sur les monstres. Si ça te tente, participe !

Des histoires de monstres

Moby Dick, le Léviathan, Cthulhu, L’Homme qui rit, les personnages de la mythologie grecque… nous avons un vaste et étrange bestiaire sous les yeux. Moby Dick fait des clins d’œil évidents au philosophe (Melville invoque le nom de Kant et celui de Locke), Cthulhu fait sa life loin des discours. Pourtant, le philosophe Gilles Deleuze fait souvent mention de Cthulhu de Lovecraft !

Et nous avons aussi tous ces monstres peuplant les imaginaires, nos monstres à nous, les monstres des autres. Monstres politiques, monstres sportifs peut-être, « C’est monstrueux ! »… On en rigole même, on nous montre des monstres gentils, amusants. Et monstrueux devient même cool. Y a-t-il quelque chose à tirer dans toutes ces occurrences ?

Appel à contributions

On reparlera un peu de Moby Dick et je vous raconterai dans quelle mesure Gilles Deleuze parle de Lovecraft. Où et pour faire quoi. J’ai besoin de vous :

  • musique : une chanson, un groupe, un album que vous aimez et qui parle de monstres
  • cinéma : des films de monstres !
  • série TV : vampires, etc. avez-vous cogité quelque chose sur le sujet ?
  • littérature : romans, poésies, fictions… parlez-nous de ces monstres qui vous plaisent à lire, que ce soit chez Lovecraft ou dans des œuvres moins connues !
  • BD : les monstres dans les comics, dans les mangas…
  • jeu vidéo : il y a du monstre dans beaucoup beaucoup beaucoup de jeux vidéo, les exemples sont nombreux !

Les angles d’attaque sur le monstre sont vastes. On peut parler d’un aspect seulement créatif (un créateur de monstres que vous aimez bien, un monstre particulièrement monstrueux parce qu’il jette un froid !), de l’aspect sociologique (à travers les monstres de foire, etc.), psychologique (le monstre que l’on est, etc.). Pourvu que ce soit quelque chose qui vous tienne à cœur, cet épisode est participatif ! Envoyez vos enregistrements audio à contact@commeenpassant.fr ! Si vous avez des questions ou si vous préférez faire ça sur le mode de l’entretien, écrivez-moi et on trouvera une solution.

Deleuze et Lovecraft

C’est dans Mille Plateaux que Gilles Deleuze évoque d’abord Lovecraft, page 293 de l’édition française :

Dans son chef-d’œuvre, Démons et merveilles, Lovecraft raconte l’histoire de Randolph Carter, qui sent son « moi » vaciller, et qui connaît une peur plus grande que celle de l’anéantissement : « des Carter, de forme à la fois humaine et non humaine, vertébrée et invertébrée, animale et végétale, douée de conscience et privée de conscience, et même des Carter n’ayant rien de commun avec la vie terrestre, sur des arrière-plans de planètes, de galaxies et de systèmes appartenant à d’autres continuums cosmiques. ( … ) S’enfoncer dans le néant ouvre un oubli paisible, mais être conscient de son existence et savoir pourtant que l’on n’est plus un être défini distinct des autres êtres », ni distinct de tous ces devenirs qui nous traversent, « voilà le sommet indicible de l’épouvante et de l’agonie ».

Puis page 299

Lovecraft appelle Outsider cette chose ou entité, la Chose, qui arrive et dépasse par le bord, linéaire et pourtant multiple, « grouillante, bouillonnante, houleuse, écumante, s’étendant comme une maladie infectieuse, cette horreur sans nom ».

Share your thoughts

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.