Comme en passant 2018

Cher auditeur de Comme en passant,

Je te souhaite une excellente année 2018. En tant que passeur passant, je me dois de te souhaiter de l’aventure, de la découverte, de la curiosité, de la joie, de la gaieté, une grande santé : un brin de folie et de la prudence, un mélange qui fait les grands penseurs, à mon goût. Que tu sois fan de Star Wars, geek ou assimilé, gamer invétéré, érudit en toute chose ou paresseux de la connaissance, je me suis adressé à toi pendant deux ans pour, il me semble, une seule chose : participer au renouvellement de ta curiosité envers le monde et les autres.

Si je n’ai pas excellé dans mon entreprise, j’espère être parvenu à souffler un peu de ces bonnes choses que peuvent apporter la philosophie et la littérature notamment. Transmettre le goût pour la pensée tout en dénonçant les impostures, telle était l’une des tâches de ce podcast depuis sa création en 2016.

Je remercie tous les podcasteurs et poditeurs attentifs de ces deux années passées, qui ont su m’encourager à réaliser une cinquantaine d’épisodes. Et cela n’a pas toujours été facile. Merci à toi Podcloud, merci à toi Podcasteo. Si nous avons rejoins Podcasteo fin 2017, ce réseau de podcasts indépendants, ce n’est pas pour ne rien faire en 2018, mais sache que Comme en passant ne sera plus tout à fait le même.

Deviens ce que tu es

J’aimerais te transmettre mon amour, ma passion pour ces textes et ces œuvres en général qui nous font crier Haut les cœurs ! dans nos caboches. Je t’avoue que je ne sais pas comment m’y prendre. J’ai essayé les lectures de textes, les sujets plus structurés avec des intervenants, les créations poétiques, j’ai même joué de la guitare et chanté pour toi. Mais est-ce que ça t’a plu ? Et, car il faut bien se poser la question, est-ce que ça m’a plu ? Oui. Beaucoup. J’ai adoré faire chaque épisode, même ceux réalisés la veille pour le lendemain.

2018 annonce un changement pour moi, sur le plan personnel et professionnel. Je n’en mesure pas encore tous les aspects. Le maître-mot est « plus de liberté ». On verra bien la tête à la liberté au bout de quelques mois, mais c’est comme ça que je vois les choses. Pour le podcast, ça signifie que je ne vais plus me plier à une périodicité. Les épisodes sortiront quand je trouverai une nécessité à les faire. Là où il n’y pas de nécessité, il n’y a que du superficiel. Et comme tu le sais bien, je ne suis pas là pour amuser la galerie avec des blagues, donc j’ai besoin de temps et de passion pour réaliser des épisodes de qualité. Sinon, tu te lasserais, et moi aussi.

A ce propos, si tu cherches quelqu’un pour faire des sites web sous WordPress, de la communication sur les réseaux sociaux, écrire des articles, faire des jolies photographies, merci de penser à ton cher animateur de podcast !

Encore une fois, je te souhaite une année enrichissante, et avec de la douceur. Bise.

Remerciements

Zafeu, Karine, Mehdi et Fred de Je Game Moi Non Plus, Jean de Papa à quoi tu joues ?, Draven de 24FPS, Yue, Michèle.

Audience du podcast

Comme en passant est 42e dans le classement Podcasteo. Tu verras aussi que le podcast remonte bien sur iTunes, dans la catégorie Littérature. En deux ans cependant, le nombre d’abonnés (chiffres Podcloud) n’a pas augmenté, il a même baissé fin 2017. Je ne gagne pas d’argent avec le podcast, mais les statistiques exercent un effet incertain sur moi. L’étrangeté de l’objet Comme en passant y est pour beaucoup, mon manque de talent à l’animer aussi sans doute (ahah). Etant auteur d’un roman publié il y a plus de dix ans, et que plus personne ne lit, j’ai déjà goûté à ce sentiment un peu particulier de parler-écrire dans le vide. On peut être indifférent à la reconnaissance, se répéter que « certains naissent posthumes », mais dans le cas d’un podcast, d’une chose qui doit être diffusée, l’impression de perdre son temps est parfois bien présente. Si je me souhaite quelque chose en 2018, c’est sans doute de trouver aussi une façon d’augmenter l’audience du podcast.

Première planète

Cette année, c’est décidé, je mets les bouchées doubles sur ma fiction sonore, Première planète !

Ciao !

Share your thoughts